LBM J15 – Fréjus à Saint-Quentin ce samedi : pour basculer du bon côté

Julien Bernard a passé une saison dans l’est-Var avant de gagner la Picardie où il a trouvé le club pour s’épanouir

Deuxième déplacement en cette année 2024 pour les volleyeurs fréjusiens qui, après avoir pris un cap ouest – nord-ouest voici quinze jours pour rallier Mende, vont cette fois plein nord pour rejoindre l’Aisne et le Saint-Quentin Volley (SQV).

Et cap’tain FALAFALA et les siens le savent bien. Comme en Lozère, ce match est d’une importance cruciale. Un succès en Picardie leur permettrait, si ce n’est définitivement, à tout le moins durablement, de s’installer dans le haut du tableau, dans le quintette  voire le quatuor de tête. Un revers en revanche les ramènerait dans le ventre mou du classement, là où la lutte pour glaner un billet pour les play-offs sera la plus farouche, dans une partie de championnat particulièrement dense et homogène.

JERÔME CLERE, lui, a fait le chemin inverse l’été dernier. Et, pour le match des retrouvailles avec le SQV le 11 novembre dernier, il avait ni plus ni moins fini MVP de la rencontre

Fréjus gagnant face à Reims certes…

Revenu, en compagnie de Martigues (21 pts tous les deux), dans le rétroviseur de Cambrai (22) à la faveur de son succès devant Reims, Fréjus (*) savait cette place fragilisée, au regard justement du rendez-vous en retard que comptait le club rémois à France Avenir 2024 (le RV51 s’est imposé 3-0 ce jeudi avec 14 points de sa nouvelle recrue hivernale, l’ancien Illacais Lohan Lefaivre).

On l’a noté dans notre analyse de la victoire varoise devant Reims samedi dernier : le club champenois pouvait se montrer frustré de repartir de la Côte d’Azur avec une petit débours de six points seulement en quatre manches et aucun point ramené au classement. Une situation que GEILER et les siens avaient pareillement connue chez leur voisin cannois juste avant la trêve, Fréjus s’étant alors incliné en trois sets secs à 23, 24, 22, soit… six petits points seulement ! L’une des particularités du volley-ball, ses charmes ou ses désavantages… selon que l’on est du côté vainqueur du filet – ou pas !

… mais GEILER reste sur sa faim

Tout cela pour dire que, comme à Mende, il serait bon de ne pas revenir (totalement) bredouilles de ce voyage dans le bas des Hauts-de-France. Ce qui n’est bien évidemment nulle part l’intention des Azuréens… Mais « plus que le résultat final, c’est surtout le chemin qui peut nous y mener qui m’importe », martèle un coach azuréen resté « sur ma faim » face aux Rémois.

Certes, la victoire était au bout mais Fréjus n’a pas survolé la rencontre loin s’en faut. Après un premier set globalement bien maîtrisé, « notre jeu s’est étiolé, rappelait Loïc Geiler sans vraiment pouvoir l’expliquer. Une nouvelle fois, l’irrégularité l’a emporté ».

A l’aller, ROMAIN BREGENT (qui évite ici le block de Kevin Kaba) et ses partenaires s’étaient imposés en quatre manches

La victoire passe par la bonne route

Justement ce que stigmatise et martèle l’entraîneur est-varois depuis plusieurs semaines si ce n’est des mois. « Il nous faut vraiment trouver la bonne route », continue-t-il, ce qui semblait être en bonne voie sur le premier match de 2024 face aux Royanais, mais est apparu beaucoup moins évident devant les Champenois.

Après être passés tout près lors du déplacement à Mende, avec une balle de match dans les mains mais finalement non convertie (défaite à 15-17 au tie-break), les Fréjusiens savent que, dans un Palais des sports Pierre-Ratte quasi-imprenable (5 victoires et un unique match laissé aux Cannois), « un bon résultat passera par un gros gros match de notre part. Ce n’est de toute façon jamais facile à l’extérieur ». Mais, vu comment « la situation est serrée » au classement, tout bon résultat ramené de Picardie pourrait permettre, on le disait un peu plus tôt, de « basculer vers le haut du tableau. Surtout que derrière, on reçoit Cambrai ».

En préambule à ce match de la 15e journée de Ligue B sur le parquet de Saint-Quentin, les Fréjusiens ont célébré ce vendredi soir les 30 ans de MATTIA MINELLI

Pour le birthday de Mattia

Alors que l’on aurait pu craindre un déplacement également périlleux face aux conditions climatiques qui ont sévi ces jours derniers dans la moitié nord de l’hexagone, ce n’est finalement pas sur la route – « ça va, tout est dégagé », glissait Loïc joint ce vendredi soir sur la route entre Roissy et la préfecture de l’Aisne – mais bien dans l’avion que le FVV a connu quelques déboires, « bloqué une heure sur le tarmac par manque… de personnel au sol ».

Le groupe varois n’en a pas moins rejoint son hôtel en début de soirée, où les attendait une petite soirée d’anniversaire, celui de Mattia Minelli, désormais passé dans la case “trentaine“.

_________________________________________________________________________________________

(*) L’appel interjeté par le club fréjusien, suite à la pénalité de deux points au classement infligée avant les fêtes de fin d’année par la CACCP (Commission d’aide et de contrôle des clubs professionnels), “gendarme financier“ de la Ligue nationale, a été examiné ce jeudi au travers d’une visioconférence entre les membres de la commission supérieure de la CACCP et les dirigeants varois. Le jugement définitif devrait être connu dans les semaines à venir. 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media

Les plus populaires

Get The Latest Updates

Subscribe To Our Weekly Newsletter

No spam, notifications only about new products, updates.

Categories

Fréjus Var Volley

Sur le même sujet